5 contre-raisons de consulter un thérapeute

le 21/12/2017

Ou 5 questions qu’on se pose énormément alors que le bien-être ne soulève que des réponses

1/ Un soin, est-ce vraiment pour moi ?

Tout le monde le sait, « vous n’êtes pas malade"! A moins que vous ne vous le disiez… Et dans ce cas, nous le sommes tous!

Aïe! Merci pour la piqûre de rappel... Cela me devient plus évident, à mon tour,  de me faire soigner. Enfin, de faire un soin. Ou de participer à un nouvel atelier! Parce qu’ensemble, on soulève autant de questions qu’on se pose… sur un coussin de méditation. Par exemple.

Ainsi, pour trouver la solution, quoi de mieux que de se retrouver?

Voilà une réponse qui met en lumière toute l’importance de se poser… des questions…

2/ Mais ce ne serait justement pas un effet de groupe cette envie de « bien-être"? 

Evidemment, si on s’en tient au proverbe chinois « sourire 3 fois tous les jours rend inutile tout médicament », pourquoi aller dépenser 50€ pour une séance d'hypnose ou sacrifier une journée entière de son week-end pour participer à un stage de méditation?

Alors qu’il est sans doute plus réjouissant de savourer ce fameux chocolat, plus exaltant de se trouver à plus de 2000 mètres d’altitude après une escapade à ski, plus enrichissant de discuter avec notre meilleur ami, voire même, plus reposant de rester chez soi à regarder les flocons tomber du ciel.

On dirait alors que la vie nous appelle et la nature - humaine? - nous éveille. Serait-ce possible de mesurer l’impossible? 

Du coup, je vous le dis en souriant 3 fois : «vous reprendrez bien un peu de « bien-être » ? Pour soi, absolument rien que pour soi.

3/ Soit. Mais vers quelle pratique devrais-je m’orienter?

Quand les mots vous manquent, utilisez l’action. C’est en ouvrant le robinet que l’eau se met à couler. Enfin, quand on habite dans une maison ou un appartement. Parce qu’évidemment, dans la nature (enfin, celle avec les sapins et les animaux), l’eau vient de la source. Et quelle source?!

Alors si l’envie vous prend d’y aller, justement, à la source, la direction est la même que celle que vous prenez pour un tout autre besoin naturel. Se restaurer, se rafraîchir, se réconforter...

Parce qu’une activité d’éveil se conjugue au quotidien, se mettre en mouvement nous indiquera bel et bien le temps qu'il fera demain.

En attendant, on avance, jusqu’à reconnaître le chemin depuis lequel on provient. 

4/ Et comment trouver le bon thérapeute?

Parfois, on se demande qu’est-ce qu’on fait là, et d’autres fois, on ne décroche pas. Ou l’inverse.

Un thérapeute est comme un médecin de l’âme. Il lui tricote un pull qui, de fil en aiguille, la mettra en valeur. Et si vos yeux tentent de déchiffrer l’étiquette, sachez que le mieux pour se rendre compte de l’effet désiré est de se trouver, nez à nez, devant le miroir. 

Une déception? Plutôt deux fois qu’une, il n’y a rien qui vaille de se mettre dans tous ses états. 

Ou l’idée de se préparer à traverser le miroir? 

… Quand mille éclats parviennent à une seule et même merveille….

5/ Ok, Et quand devrais-je recommencer?

Ou peut-être devrais-je dire « quand vais-je me dire que je devrais recommencer »? 

Je me relis : « quand vais-je me dire que je devrais recommencer? » 

Avez-vous laissé tomber ou carrément lâcher prise? C’est le moment de se reposer et de s’émerveiller au rythme des saisons déraisonnables. Enfin, ensemble, à son propre rythme.

P.Ssss. : quand je me dis « je ferai une série de 3 soins ou ateliers avec ce thérapeute » pour déceler telle ou telle partie de mon âme, je ne ressens finalement pas le besoin de recommencer.  Alors que si je ne prévois rien, je me surprends à ne plus calculer par la suite... Allez savoir pourquoi! Et comment prévoir de ne pas prévoir? 

Découvrir la vie (et la sienne) est la plus belle recette de l’instinct!...


Partager cet article :

FacebookTwitterGoogle


Retour

Log In to edit article.